Voyage humanitaire Madagascar 2012

15072012

Voyage humanitaire Madagascar 2012 Mada062-Copier

                      11 mai -11 juillet 2012

                           Loïc VACHON

 

 




Journal de bord : Manakara par les enfants

15072012

Pour remercier les personnes qui ont permis la réalisation de ce voyage d’étude, nous avons travaillé avec chaque classe sur la rédaction d’un petit article dans lequel les enfants disaient ce qu’ils ont retenu sur le voyage. A noter, pour éviter toute confusion, qu’il y a une grande disparité d’âge au sein d’une même classe. Les enfants commencent tous par la classe d’accueil (maternelle pour nous) quelque soit leurs âges car ils ne savent alors ni lire ni écrire le braille.

Classe CE / Classe d’accueil

Journal de bord : Manakara par les enfants dans Manakara vu par les enfants CE-+-Accueil-Copier-300x225

« Ce voyage nous a permis de découvrir plein de nouvelles choses jusqu’alors inconnues : l’eau chaude de la source Andranomafana, la ville de Manakara, le pousse-pousse et la pirogue. Nous étions vraiment ravis de tout cela ! La visite du village de pêcheur fut également une bonne surprise avec les maisons en falafa (maisons de paille) et les filets que nous avons pu toucher. C’était aussi l’occasion de faire un long voyage ensemble, avec les camarades. »

 

Classe CP1 / Classe CP2

CP1-+-CP2-Copier-300x225 dans Manakara vu par les enfants

Voici les remarques spontanées des enfants de CP1 et CP2 au sujet du voyage qu’ils ont adoré :

« A Ranomafana, il y a le parc et la source d’eau chaude. C’était super parcequ’on en a pas à Fianarantsoa. On voit différentes plantes. A Manakara, la plupart des maisons sont fabriquées avec le ‘’Ravinola’’, on les appelle les maisons en falafa. Il y a beaucoup de cocotiers. Les pêcheurs portent chaque jour la pêche. Les habitants de Manakara s’appellent « Antaimoro ». La mer est salée. L’eau est froide. On est resté une heure dans l’eau mais ce n’est pas beaucoup. Beaucoup c’est 2h. Le canal de Pangalana passe dans la ville. Lors du retour en train, entre Manakara et Fianarantsoa, il y a dix-huit grandes gares. Le bruit du train fait tac-tac tac-tac. Le pousse pousse c’est tranquille.»

 

Classe CM1 / Classe adaptée

 

 

CE-+-CA-Copier-300x225 CM1-Copier-300x225

« Le lendemain du pique-nique à Irondro, on a animé une messe et c’est nous qui avons préparé la liturgie. L’après-midi, on a présenté un petit spectacle pendant lequel on a gagné un peu d’argent que nous avons pu dépenser dans le train lors du long trajet. Le lendemain c’était la pirogue ! Après avoir découvert un village de pêcheur avec ses maisons en falafa, 5 pirogues nous ont amenés à la mer par le canal de Pangalana. La promenade à durée 2h. Sur cette rivière, il est interdit de porter des vêtements de couleur rouge. Arrivés à la mer, on a constaté le peu de vagues et on s’est baignés. C’était fantastique ! Après le pique-nique sur la plage, on a repris les pirogues pour rejoindre nos logements.

Le jour suivant, on a été vers Manakarabe en pousse-pousse. Là-bas, les vagues sont plus impressionnantes. On a pris des photos. Les gens nous ont expliqué de nombreuses choses comme ‘’le cocoli’’ : il faut sept ans à un cocotier pour produire des fruits. L’après-midi, c’était quartier libre, et le soir restaurant, où la directrice a fait un discours pour remercier les gens qui ont aidé lors du voyage ; le père Arsène et les parents d’élèves qui nous préparaient les repas. On est enfin revenus à Fianarantsoa par le train. Il y avait soixante tunnels dont un très long. Après s’être arrêté un bon moment dans chaque gare, le train est finalement arrivé à 19h15. »

 

Classe CM2

CM2-Copier-300x225

« Nous sommes partis le Mercredi en taxi brousse et revenus le Dimanche en train. Pendant le trajet en taxi brousse, certains d’entre nous étaient malades à cause de la mauvaise odeur du gasoil, mais ça ne nous a pas empêché d’aller toucher l’eau de source naturelle à Ranomafana. Après, nous avons continué la route jusqu’à Irondro pour le pique-nique avant d’arriver dans la soirée à Manakara où nous avons été accueillis par le prêtre Arsène et des personnes du village.

Le lendemain, les paroissiens nous ont remerciés d’avoir animé la messe et fait la liturgie. D’ailleurs, à propos de cette liturgie, les gens étaient très étonnés de voir des enfants lire la Parole de Dieu. Au spectacle,  nous avons pris beaucoup de plaisir à danser devant autant de monde. Les applaudissements étaient nombreux. Une quête a été réalisée. Et les sœurs, très contentes de notre prestation, nous ont distribué l’argent pour nous permettre d’effectuer des petits achats lors du temps libre et dans le train. Le jour suivant, nous avons été étonnés par le village de pêcheur avec ses filets qui sont très solides. La pirogue, la mer, le pousse-pousse et le train nous ravirent tout autant ! »

 

Classe de préparation à la sortie

CPS-Copier-300x225

« Dans l’ensemble, c’était vraiment un voyage magnifique. Le jour du spectacle, il y avait beaucoup de monde présent pour admirer nos talents et s’amuser avec nous ! Ensuite, on est allés à la mer,  c’était la première fois qu’on la touchait. Même si on ne savait pas nager, c’était trop cool !

Le retour en train (un peu secouant) était aussi extraordinaire. Extraordinaire et effrayant à la fois, lors des passages sous les tunnels qui nous plongeaient dans l’obscurité totale.

Pour résumer, ce voyage à Manakara restera un souvenir inoubliable, et on espère qu’un jour aura lieu pour nous un nouveau voyage d’étude. »

 

L’équipe encadrante

« Dans l’ensemble, ce voyage nous a semblé être une franche réussite pour tout le monde. Peut-être aurait-il fallu rester un peu plus longtemps pour découvrir toutes les choses intéressantes de cette ville… Mais le succès est net !

Cela a très bien commencé avec l’accueil chaleureux que nous ont réservé les personnes sur place : les paroissiens, le Père Arsène et les familles des enfants qui nous préparaient les repas. Le jeudi de l’ascension fut une très belle journée. Les enfants ont animé la messe et ont enchainé avec un spectacle très réussi ! Nous étions tous très impressionnés par leurs performances, car ils ont réussi  faire l’unanimité auprès des nombreux spectateurs présents.

La deuxième journée fut pour nous l’occasion de découvrir le canal de Pangalana et la mer. Certains d’entre nous avaient peur de monter sur les pirogues et de toucher la mer, mais on retiendra surtout la beauté du paysage, la joie de tous les enfants et de tous les adultes, ainsi que la séance photo qui fait plaisir !

La troisième journée était tout aussi exceptionnelle, avec la promenade en pousse-pousse, suivie du repas tous ensemble au restaurant près de la Gare. C’était vraiment formidable ! Tout comme le retour en train où l’on a bien profité également.

En résumé, ce voyage d’étude était parfait, avec une excellente ambiance en prime. »




Blog Ecole EPHATA Fianarantsoa

10072012

Blog Ecole EPHATA Fianarantsoa dans Blog de l'Ecole EPHATA IMG_1804-Copier-300x225

Pour l’école, il est important de se faire connaître : Premièrement, pour pouvoir aider les enfants Malgaches atteints de déficiences visuelles (et il y en a beaucoup notamment à cause de la sous nutrition dans le pays) et d’autre part pour accueillir de nouveaux donateurs dans la famille EPHATA. Cette école et la scolarité de ces enfants n’existe que par les dons (matériels, financier.. tout est bon!) Je trouve qu’il est extrêmement enrichissant d’avoir le sentiment d’appartenir à cette belle famille! Pour les aider à se faire connaître, j’ai mis en place un blog pour l’école (informationnel cette fois). La rubrique « actualités » sera mise à jour pour permettre aux investisseurs de savoir comment leur argent est investi, dans quels projets. Elle permettra également de suivre les évènements mensuels importants qui ont eu lieu et de regarder ces adorables enfants grandir!

Vous trouverez ce blog à l’adresse suivante
http://ecoleephatafianarantsoa.unblog.fr/

 




Fête nationale malgache 2012

1072012

Fête nationale malgache 2012  dans Fête nationale malgache drapeau-300x199

Cette fête du 26 juin est très très attendue par tout le pays ! Elle ne dure d’ailleurs pas qu’une soirée mais 4 jours où les gens font la fête dans la rue où sont aménagé des grandes roues (7 mètres de hautJ) et des stands de barbe à papa. Pendant ces 4 jours, tout le monde est saoul dans la rue, si bien que certains employeurs accordent à leurs salariés le 5ème jour pour décuver ! Je ne sais pas si on ferait ça en France…

Du côté des enfants, c’était un peu différent quand même mais l’excitation était tout aussi présente !! On a commencé par une procession avec des lanternes pendant laquelle on entendait parfois « whaouu c’est chaud !!! » normal, ta lanterne a pris feu^^ ! Il fallait donc être assez vigilent. On est ensuite arrivé à la paroisse Don BOSCO qui organise chaque année une fête pour les jeunes. Une grande piste de danse et un podium avec des shows ! Les premiers sur la piste étaient… les enfants d’EPHATA ! Pas de complexe ! 

IMG_1714-Copier-300x225 dans Fête nationale malgache

IMG_1712-Copier-300x225

Le lendemain, c’était danse et séance photo à la demande des enfants!!

IMG_1743-Copier-300x202

IMG_1735-Copier-300x225




Le Braille

1072012

Il est important de faire un petit rappel sur la personne qui est à l’ origine du langage écrit des aveugles : Louis BRAILLE (1809 – 1852). C’est grâce à lui si les aveugles arrivent à lire et écrire aujourd’hui.

Le Braille dans Le braille Louis-BRAILLE-Copier-286x300

Inventeur de l’alphabet qui porte son nom, Louis BRAILLE était très concerné par la question de la malvoyance, lui-même devenu aveugle à l’âge de 3 ans suite à un accident avec une alêne (outil utilisé pour faire des trous dans le cuir). Pour mettre en place son alphabet, il s’inspire grandement du système de sonographie inventé par Charles Barbier de La Serre en 1808. Ce système retransmet des sons (36) à l’aide de point en relief sur une grille de 12 points (2 colonnes de 6). Les mots s’obtiennet alors par combinaison de ces sons.

Sono-300x180 dans Le braille

Par exemple pour écrire maintenant :
« m   in   t    eu  n  an »
. .     . .     . .     . .     . .     . .
. .     . .     . .     . .     . .     . .
.     . .     . .     . .     . .   . .
    . .     . .     . .     . .   . .
.     . .     . .     . .     . .   . .
. .   . .   . .   . .   . .   . .

BRAILLE reprend le principe d’écriture avec des points en relief pour inventer vers 1825 son alphabet. Il est calqué sur celui des voyants et donne ainsi un accès réel et complet à la culture. Il est beaucoup plus facile à déchiffrer car ses caractères sont de moitié moins hauts : des grilles de 6 points (2 colonnes de 3) et peuvent donc être facilement enseignés à tout aveugle.

Alphabet-braille-Copier-300x300

Autre avantage par rapport à son prédécesseur, ce travail peut être utilisé dans tous les pays ayant une écriture latine (notre alphabet courant). Essayez de déchiffrer le slogan de l’école!

.    . .    . .    . .  . .    . .  . .    . .    . .    . .    . .    . .     .    . .    . .    . .    . .
. .    . .    . .    . .  . .    . .  . .      .    . .    . .    . .    . .     .    . .    . .    . .    . .
. .    . .    . .    . .  . .    . .  . .    . .    . .    . .    . .    . .   . .    . .    . .    . .    . .

Peu de voyant savent lire le braille avec les doigts! Les enfants d’EPHATA, après 6 ans d’apprentissage pour les plus expérimentés, le lisent très rapidement. C’est assez impressionnant!




Les débouchés

1072012

Quels métiers exercent les élèves sortis de l’école ?

Il faut déjà préciser qu’à l’heure actuelle, peu nombreux sont les élèves qui ont terminé l’école puisqu’elle est encore très récente et qu’elle demande plus de 6 ans d’étude. Même sortis, les élèves restent très attachés à l’école et y reviennent souvent pour partager un moment (partie de torball, discutions…). Ils aiment leur école, leur famille !

Pour l’instant, 5 élèves sont sortis d’EPHATA et 4 travaillent en entreprise. Le 5ème ayant décidé de retourner dans sa vraie famille pour aider à cultiver les terres. Sur les 4 employés, l’un travaille dans une entreprise de couture où il fait des ourlets et fabrique des coussins. Les 3 autres travaillent au relais Madagascar (entreprise qui trie, retouche et redistribue les vêtements donnés par les européens). Parmi eux, un (mal voyant mais pas aveugle) est jardinier, un autre est dans l’atelier de couture où il coud des boutons,  fait des coussins… et le dernier découpe des étiquettes destinées au tri des vêtements.

Les débouchés dans Les débouchés IMG_1752-Copier-300x225

Pour l’instant, les entreprises qui ont embauché sont détenues par… des européens, plus facilement touchés par le handicap. L’un d’entre eux reconnait même embaucher par sympathie car il ne réalise pas de profit (mais pas de perte non plus). En tout cas pour avoir visité les entreprises, les anciens élèves d’EPHATA sont extrêmement appliqués et habiles dans ce qu’ils font ! Comme quoi les cours complémentaires qu’ils ont reçus à l’école leurs ont vraiment servi. Par exemple, l’atelier de vannerie où les enfants apprennent à faire des tapis !

IMG_1756-Copier-300x225 dans Les débouchés




Voyage à Morondave

20062012

Déjà, le nom « voyage à Morondave » n’est pas du tout approprié puisque Morondave était uniquement la ville d’arrivé de notre tour à travers l’ouest du pays. Et vu qu’on a fêté la fin de notre superbe excursion comme il se doit, nous n’avons même pas pris le temps de visiter la ville si ce n’est le marché le lendemain matin pour ramener le fruit du voyage (fruit du baobab par exemple…). Tradition malgache !

Voyage à Morondave dans Voyage à Morondave Moro067-Copier-300x225

Cette excursion de 8-10 jours est l’une des plus touristiques à faire dans le pays. On y voit un condensé des plus belles choses de l’Ouest Malgache. Et c’est vrai que ça décoiffe ! Pour résumer rapidement le voyage, je dirais que c’est un voyage on ne peut pas plus naturel !! Ça donne vraiment un aperçu de comment était la terre avant que l’homme  n’industrialise tout (j’ai souvent pensé à la chanson de Mickey 3D !). On se rend compte de cela dès le début lorsque l’on descend la Tsiribihine en pirogue pendant 3 jours. Les paysages sont magnifiques et on y voit caméléons, lémuriens, hérons, rapaces, martin pêcheur, crocodiles dont seuls les bruits se font entendre… (aussi un bateau à moteur qui casse toute l’harmonie 2-3 fois par jour !!) Sur les berges, des machines pour récolter l’or.

Moro045-2-Copier-300x225 dans Voyage à Morondave

Pour manger, soit nos piroguiers pêchaient, soit on achetait des animaux vivant. D’un autre côté, pour être sur d’avoir de la viande fraiche ici c’est mieux de procéder ainsi. Sinon on peut opter pour le « boucher » qui étend sa viande dehors dans le chaud avec des tas de mouches dessus…On a opté pour la première solution mais il a fallu s’employer un peu quand même ! J’AI TUE UNE POUUULLLLLEEEEE !!!  Dit comme ça, ça ne fait pas beaucoup d’effet, mais ce n’est pas la même histoire quand on a les ailes sous un pied, les pates sous l’autre, la tête dans une main et le couteau de cuisine dans l’autre ! Bref le lendemain c’était une chèvre… mais ça, pas pour moi^^ !

Moro058-Copier-300x225

Aussi, sur le chemin, des enfants nous vendaient colliers de mais, graines, fabrications artisanales… Bref, un super voyage très naturel ! En plus, le groupe avec lequel je suis parti était top ! 4 belges, 3 français, 1 anglaise, 1 suisse ! Avec parmi nous deux musiciens du groupe « les humbles tartines » et qui sont sacrément doués ! Avec leurs guitare et violon le soir autour du feu s’était juste parfait ! Surtout quand des petits malgaches venaient alors nous apprendre les danses traditionnelles !

Moro031-3-Copier-300x225

Alors si on rajoute à cette trop bonne ambiance une balade en charrette à zébus, la découverte des tsingy et le couché de soleil sur l’allée des baobabs… pfffff !!!

Voyage TOP ! TOP ! TOP!

Moro191-Copier-300x225

Moro170-Copier-300x225

Moro111-2-Copier-300x225

Moro079-Copier-300x225




le choc des cultures

20062012

Ce sentiment « ils sont en retard sur tout les malgaches !» que j’ai depuis le début trouve petit à petit quelques explications… Et c’est vrai que l’on se demande comment un pays avec autant de richesses naturelles (production alimentaire et surtout minéraux) arrive à être autant en retard sur de nombreux plans. Le principal argument est la pratique le culte des ancêtres. Pour les malgaches, les ancêtres sont ceux qui dictent l’organisation politique et culturelle de la famille. Les ancêtres faisaient comme ça ? Alors on fait pareil ! Toutes les cultures se font à la faucille, le retournement de la terre à la bèche, les fabrications sont artisanales… Du coup pour la publicité « gardons l’esprit d’équipe » de la société générale, en France on voit une équipe de rugby solidaire en mêlé et ici, on voit une famille avec les faucilles entrain de récolter le riz^^ !

L’apogée du culte des ancêtres à lieu de juin à septembre avec le retournement des morts. Une fête familiale qui porte bien son nom puisque les morts sont sortis de leurs tombeaux le temps d’une danse où l’on les porte. Puis ils sont nettoyés, enveloppés d’une nouvelle natte  et priés. Un proverbe malgache dit : les morts ne sont vraiment morts que lorsque les vivants les ont oubliés.

Du coup certaines pratiques (choquantes pour nous) s’exercent encore :
                -       La circoncision : Jusqu’à là rien de choquant je suis d’accord. Afin d’acquérir sa virilité, tout garçon doit être circoncis et cela se passe lors d’une grande fête qui à lieu tous les 7 ans et où des milliers d’enfants sont alors concernés. Les fêtes sont l’occasion de chants traditionnels, de mise à mort de zébus pour servir le buffet… Mais la tradition la plus étrange est que le père ou le grand père doit manger le prépuce de l’enfant circoncis enveloppé d’une banane !! ??  Celle là est quand même pas mal ! Je metterai pour illustrer une photo du « baobab homme » plutôt que de l’acte en lui-même ^^

le choc des cultures dans Choc des cultures Moro154-2-Copier-300x225

                 -        Malédiction des jumeaux : Dans certaines ethnies, les jumeaux sont vus comme une malédiction. Ils mettent alors les deux enfants (ou plus) dans un parc à zébus et gardent le dernier survivant…si il y en a un ! Même sort pour les aveugles (toujours dans certaines ethnies), si bien qu’à Ephata, il y a des enfants qui devaient être destinés à ce sort mais qui ont été amené chez des sœurs par un membre de la famille… in extremis…

Donc respect des morts, mais pas de problème pour tuer un homme, si bien que ça fait quand même peur de temps en temps. 




Insécurité à Madagascar

20062012

De ma propre expérience l’insécurité réside surtout la nuit. Non pas qu’il me soit arrivé quelque chose mais par témoignage ! C’est là que les malfaiteurs sont dangereux voire très dangereux (sauf à Tananarive où il faut faire attention toute la journée)! Le pire est de prendre un taxi-brousse la nuit. Ils sont régulièrement arrêtés et pillés par des bandits! On se croirait dans un western ! Bien entendu les policiers sont au courant de ces pillages et bien entendu ils laissent faire contre une petite rémunération. D’ailleurs ils n’ont pas intérêt à refuser sinon ils se font tuer sur le champ par les bandits qui sont eux aussi armés et plus nombreux. Les malfaiteurs s’alimentent en armes grâce aux policiers qu’ils tuent. On les appelle les voleurs de zébus, sauf qu’ils ne s’arrêtent pas là !

Insécurité à Madagascar dans Insécurité à Madagascar Moro005-Copier-300x225

A la fin de notre séjour à Morondave, deux couples ont décidé de prolonger un peu leurs vacances si bien qu’ils sont rentrés deux jours après le reste du groupe. Pour rentrer, ils ont pris le taxi brousse de 10h (12h avec le traditionnel retard malgache), comme nous. Sauf que leur voyage s’est passé tout autrement… ! Après avoir pris un peu de retard, leur taxi brousse a fait une pause à 19h (la nuit) dans un petit village. 1 heure après, une guide qui était dans leur taxi brousse les avertis qu’un groupe de 25 voleurs de zébus armés se trouve dans les 5 kms à la ronde et qu’il va falloir attendre ici et même peut être y dormir. S’ils reprennent la route, le risque est de tomber sur un barrage avec des troncs d’arbre renversés et de se faire piller ! Mais 1h après, deux gros camions passent par le village et ni une ni deux, ils montent tous dans les taxis brousse et suivent les camions qui sont plus impressionnant pour les voleurs de zébus. Pas de chance, les camions arrivaient à destination 2 km plus loin ! Mais en fait si, beaucoup de chance… La guide qui était allée se renseigner auprès de policiers situés non loin, leur apprit qu’en fait les voleurs de zébus étaient venus faire une descente au village pour se venger du meurtre de l’un des leurs par ces même villageois survenu la semaine dernière… Il a du se passer une sacrée boucherie car les villageois étaient entrain de se munir de barres de fer quand nos deux couples, qui ne se doutaient de rien, étaient dans le village !! Chaud, chaud, chaud !! Finalement, deux autres camions sont passés et les ont pris en escorte sur un bout de chemin. Mais apparemment, l’angoisse de se faire attaquer était monstrueuse ! Ils avaient déjà mis leurs passeports dans les chaussettes, cartes mémoires aussi… D’autant plus que si un pillage à lieu, il ne faut vraiment pas essayer de résister sinon les voleurs de zébus n’hésitent pas une seconde à tuer ! Un chauffeur de taxi brousse en a perdu la vie il y a 15 jours en essayant de résister !

Mada027-Copier-225x300 dans Insécurité à Madagascar

En fait je pense qu’il vaut mieux penser à toute cette insécurité une fois en France avec un bon bout de camembert et du vin dans le canap’ !!




Les cours

2062012

Les enfants suivent les cours du programme officiel à la seule différence qu’ils le font en braille. Du coup tous les enseignants doivent savoir lire et écrire le braille. Pendant la classe, les élèves font preuve d’une grande concentration car ils n’ont pas les notes au tableau pour suivre. Ils doivent être à fond tout du long !

Les cours dans Les cours Mada061-Copier-300x199

Le braille étant assez long à écrire (chaque caractère est une combinaison de 6 cases qu’il faut poinçonner ou non) le prof prépare souvent des feuilles déjà écrites, mais cela représente un sacré travail pour car il faut faire les feuilles les unes après les autres. Heureusement, les classes accueillent au maximum 10 élèves !

IMG_0928-Copier-300x225 dans Les cours

Les enfants suivent aussi des cours de sport. Ceci sont assez limités à cause de leur handicap. Cependant, il font quand même des exercices de musculation, d’élongation, de lancer de balle… De la course à pied également! Pour cela, deux côtés de la piste sont placés des gravillons. Au moins quand ils s’y écartent trop ils sont immédiatement avertis! Mais leur sport fétiche reste le torball! C’est considéré comme LE sport des aveugles.

IMG_1030-Copier-300x225

Il se joue 3 contre 3 et tout le monde porte un masque opaque, voyant ou non voyant! Pour gagner, il faut (à la surprise générale) marquer plus de but que l’équipe adverse. Les buts font 7 mètres de long et sont séparés de 16 mètres l’un de l’autre. La première équipe lance un ballon sonore (des clochettes sont situées à l’intérieur) et l’autre équipe doit l’arrêter. Et vice versa pendant 2 mi-temps de 5 minutes. Lorsqu’on est en position défensive, les trois joueurs se mettent dans le but. Seul impérative : on doit faire rouler le ballon sous peine de pénalité. Pour cela trois cordelettes équipées de clochettes sont placées au milieu du terrain à 40cm de hauteur et sonnent si le ballon les touche! Ce sport doit donc se jouer dans le silence total! En tout cas c’est vraiment pas évident et les aveugles sont là encore bien meilleurs que moi et j’imagine aussi que vous qui arrivez à me lire! 

IMG_1027-Copier-300x225

Ensuite des cours adaptés à leur handicap sont proposés. Il s’agit d’abord des cours individuel de locomotion pendant lesquels un encadrant les amène en ville et les fait évoluer dans un nouvel environnement!

IMG_0938-Copier-300x225

Et aussi des cours de formation professionnel. Car ces mal/non voyant ont intérêt à maîtriser une activité et être compétent dans un domaine si ils veulent trouver du travail par la suite. Ainsi, dans l’école, on trouve des cours de vannerie, jardinage, élevage… 

Enfin les cours extrascolaires. Les enfant suivent une fois par semaine des cours de musique (jumbé / flûte), de théâtre et de travail manuel!







Lyonsaintjacques |
aventureautourduglobe4 |
aventureautourduglobe5 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Machmadel
| Riapuasf
| Odyssee d'Amazone